Qu’est-ce que le bien-être équin ?
L’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire de l’Alimentation, de l’Environnement et du Travail "ANSES" (saisine n° 2016-SA-0288) définit le bien-être de l’animal comme « l'état mental et physique positif lié à la satisfaction de ses besoins physiologiques et comportementaux, ainsi que de ses attentes. Cet état varie en fonction de la perception de la situation par l'animal ».
La notion de bien-être comprend donc l'état physique, mais également l'état psychologique de l’animal, les deux étant interdépendants l'un de l'autre : un animal en situation de bien-être, c'est un animal qui se porte bien physiquement et mentalement.

La charte pour le bien-être équin

France Galop est signataire de la charte pour le bien-être équin

Le bien-être animal a des modèles de description mondialement reconnus aussi bien professionnels que scientifiques. Forte de ces connaissances, la filière Cheval a élaboré en 2016 la « Charte pour le bien-être équin ». Cette charte traduit les mesures les plus pertinentes en termes de bien-être animal, et s’applique à tous types d’équidés, d’élevage, de loisir, de sport, de travail, de trait et de course, quel que soit leur âge.

 

Comme tous les signataires de la charte , France Galop s’engage à :

 

... Afficher plus
  1. Accompagner les professionnels du cheval à exercer leurs activités dans une perspective de triple performance (économique, sociale et environnementale), prenant en compte le bien-être animal, y compris dans sa dimension éthique.
  2. Communiquer sur les savoir-faire professionnels en matière de bien-être animal.
  3. Promouvoir la Charte au sein de chacune de leurs organisations.
  4. Encourager la recherche scientifique et la production de références techniques sur le bien-être équin.
  5. Conforter et vulgariser le socle commun de connaissances et compétences relatif au bien-être équin dans la formation initiale et continue.
  6. Inscrire la présente Charte pour le bien-être équin dans une démarche d’amélioration continue et de révision régulière, au regard de l’évolution des pratiques et des connaissances scientifiques.

En 2018, la charte a été complétée par un manuel technique qui fournit aux professionnels des outils pour optimiser leurs pratiques.

 

Afficher moins

Le bien-être équin en vidéos

Les conditions de vie du cheval de course

Un engagement quotidien pour la bientraitance des chevaux de course

Les chevaux de course sont confiés à des professionnels formés spécifiquement

Le programme de travail du cheval de course est personnalisé et adapté à ses capacités

Au quotidien, les conditions de vie du cheval de course sont régulièrement contrôlées

LE CHEVAL ATHLÈTE SUR L’HIPPODROME

Découvrez, à travers une série vidéo que le bien-être du cheval sur l’hippodrome est au cœur des priorités des entraineurs et de leur personnel ainsi que des équipes hippodromes.

 

Regarder la web-série

Des épreuves de tous niveaux, permettant à chaque cheval de défendre ses chances

L’intégrité physique et le moral sont des facteurs primordiaux pour qu’un cheval donne le meilleur de lui-même. Pour préserver dans la durée la santé et la motivation des chevaux, il est donc indispensable de les engager dans des épreuves adaptées à leurs capacités, où ils se mesureront à des concurrents de force comparable : car les chevaux aiment naturellement faire la course en tête !

En France, il y a beaucoup de courses ; Ces courses se répartissent en de nombreuses catégories fonctions de l’âge, du sexe et des performances passées des partants. La quantité de courses dans chaque catégorie ainsi que leur planification dans l’année est définie par les sociétés mères pour répondre au mieux, quantitativement et qualitativement, aux besoins prévisionnels des chevaux à l’entrainement.

Ce travail de construction du programme permet aux entraineurs de trouver les courses appropriées à leurs chevaux, selon leur état de forme du moment, leur âge et leur niveau : il y a des courses pour tous, malgré l’extrême diversité des profils… Une fois la course sélectionnée, l’entraineur va ensuite soigneusement préparer le cheval à son objectif afin qu’il soit prêt à affronter ses concurrents lorsqu’il arrive sur l’hippodrome, dans le respect de ses limites !

 

Les jours de course, chaque cheval ne court qu’une seule course. Il arrive sur l’hippodrome plusieurs heures avant, accompagné par son lad qui le connait par cœur et sait comment le mettre dans les meilleures conditions mentales et physiques avant l’épreuve. Il va l’accompagner pendant la première partie de son échauffement pour que le cheval prenne ses marques en douceur.

Au galop, les chevaux sont « marchés » durant une longue période avant la course pour les détendre et échauffer progressivement leur organisme.

A l’issue de cette première phase, le lad confie son protégé au jockey qui va le conduire en course. Ce dernier lui fait encore réaliser un canter, petit galop d’échauffement jusqu’à la ligne de départ pour apprivoiser le cheval et achever sa préparation physique.

 

 

La course hippique est une épreuve sportive de haut niveau : menés par leur jockey ou leur driver, les chevaux de course mobilisent toutes leurs ressources pour gagner.  Après cet effort, une phase de récupération est nécessaire.

Après avoir franchi la ligne d’arrivée, le cheval reste quelques minutes en piste où il continue à courir à une allure réduite. Cette pratique permet une diminution progressive de sa fréquence cardiaque, la reprise d’un souffle plus régulier, la baisse de la température corporelle et l’élimination des toxines.

A sa sortie de piste, si le cheval est classé, le passage dans le rond des gagnants est rapide. Pris en charge par son lad, il est ensuite immédiatement dessellé et abreuvé.

S’il fait chaud on le rafraichit. Puis le cheval est longuement marché, douché, pansé et peut se reposer avant de reprendre la route. Il est surveillé de près et soigné si besoin. Il regagne ensuite son écurie où il va se préparer tranquillement à son prochain rendez-vous, d’ici plusieurs semaines.

 

Comme toute autorité qui organise des épreuves sportives avec des athlètes de haut niveau, l’Institution s’engage à assurer la sécurité des chevaux et des hommes qui participent aux courses hippiques. En 2019, les 2 275 réunions de courses réparties sur les 235 hippodromes français répondent à un cahier des charges très précis en matière d’infrastructures, d’équipement, de sécurité et d’organisation.

Sur chaque hippodrome, les équipes techniques mobilisent leur expertise pour accueillir les chevaux dans les meilleures conditions les jours de course. Les pistes sont entretenues avec le plus grand soin tout au long de l’année pour garantir la souplesse adaptée à l’effort du cheval et assurer la sécurité des partants. Les obstacles jugés dangereux sont révisés (aménagement des abords, structure des obstacles…).

Plus de 15 millions d’euros ont été investis entre 2000 et 2020 pour améliorer la sécurité sur les hippodromes. Ont notamment été installées des lices sécurisées souples et amortissantes ainsi que de nouvelles barres d’appel à l’obstacle dans une matière absorbant les chocs pour éviter les blessures et renforcer la sécurité des jockeys lors des chutes.

En cas d’aléa climatique ou de piste jugée impropre à la compétition, les courses sont déplacées ou annulées.

 

L’hippodrome est un lieu où se rassemblent, le temps d’une journée, des dizaines de chevaux venus de différents lieux partout en France et même parfois de l’étranger : tout doit être mis en œuvre pour préserver leur santé et éviter la propagation de maladies.

Limiter au maximum les risques sanitaires

  • La vaccination constitue bien sûr un important axe prévention : Les chevaux de course bénéficient des protocoles de vaccination les plus complets. Ils doivent notamment être vaccinés a minima une fois par an contre la grippe et la rhinopneumonie. Le carnet de vaccination de chaque partant est systématiquement contrôlé avant la course et un cheval qui n’est pas en règle pourra être déclaré non partant.
  • Par ailleurs, avant chaque réunion, tous les boxes sont soigneusement désinfectés avant d’être garnis de paille propre et confortable afin d’accueillir chaque partant dans des conditions optimales de sécurité.
  • En période d’épizootie, les stalles de départ peuvent également être désinfectées.

Le rôle des vétérinaires en courses
Par ailleurs, comme tous les sports de haut niveau, les courses hippiques ont leurs médecins spécialisés, capable d’intervenir à tout moment de la compétition pour prévenir ou soigner les problèmes de santé des athlètes : les vétérinaires de courses.

  • Avant la course, sur sollicitation de l’entourage du cheval ou des commissaires, le vétérinaire peut inspecter un partant pour vérifier qu’il est apte à prendre le départ : il ne faut prendre aucun risque avec la santé des chevaux qui doivent impérativement être en pleine forme pour prendre part à la compétition.
  • Pendant la course le vétérinaire de piste est prêt à intervenir à tout moment pour soulager et soigner un cheval accidenté. Si besoin, il peut rediriger le cheval vers une structure spécialisée.
  • Le vétérinaire de piste peut également intervenir après la course pour vérifier l’état d’un cheval qui présenterait une gêne ou un problème de récupération ou lui administrer des soins si nécessaire.

Médication des chevaux en course : tolérance zéro
Seuls des chevaux en bonne santé, courant dans le respect de leurs limites physiques naturelles, peuvent prendre part aux courses ;

  • Aucune médication n’est donc autorisée en course, c’est une question de sécurité pour les chevaux autant que d’intégrité pour la compétition car ces substances peuvent indiquer l’existence d’un problème de santé chez le cheval ou lui permettre de dépasser ses limites physiques en masquant la douleur ou en augmentant artificiellement sa puissance.
  • Les vétérinaires agréés par la Fédération Nationale des Courses Hippiques sont là pour veiller au respect de cette règle et ils sont intransigeants.

 

Un label pour valider la mise en œuvre des critères du bien-être équin sur les hippodromes

Le Label EquuRES est une démarche de qualité en faveur de l’environnement et du bien-être animal.
Créé en 2014 à l’initiative du Conseil des Chevaux de Normandie, il s’adresse à toutes les structures professionnelles hébergeant des chevaux. Le Label EquuRES a été approuvé en 2020 par le Ministère de l’Agriculture.

Le Label EquuRES « Hippodrome » s’inscrit dans la continuité du Label EquuRES et est spécifiquement adapté aux hippodromes quelles que soient leur localisation et leur taille. Il a été conçu en concertation avec la Fédération Nationale des Courses Hippiques pour répondre aux enjeux de la filière tant sur la qualité environnementale que sur le respect du bien-être équin au sein de nos infrastructures. Ce Label intègre les 8 mesures de la charte du bien être équin.

Il existe 3 niveaux de labellisation, pour permettre aux hippodromes de faire évoluer leurs infrastructures et améliorer leur fonctionnement dans l’esprit d’une démarche d’amélioration continue :

– N°1 Engagement

– N°2 Progression

– N°3 Excellence

 

Flyer Equures

La vie après les courses

Des chevaux polyvalents, prêts pour une seconde carrière

La durée de la carrière d’un cheval de course est fonction de nombreux paramètres. Après leur vie de compétiteurs, les chevaux les plus performants vont être orientés vers l’élevage en tant qu’étalons ou poulinières pour transmettre leurs qualités aux générations futures. Dans la spécialité du galop, pour laquelle seule la monte naturelle est autorisée, cette orientation vers l’élevage peut être très rapide.

D’autres chevaux verront leur carrière raccourcie à cause d’un problème de santé non compatible avec la poursuite de la compétition (fragilité, blessure…). La majorité quittera l’entraînement à l’initiative du propriétaire et de l’entraîneur, qui considèreront que le cheval a atteint ses objectifs et mérite une reconversion.

Une seconde carrière est alors envisageable pour ces chevaux qui sont souvent encore jeunes, dotés de grandes aptitudes physiques et de réelles capacités d’apprentissage. Nombre d’entre eux s’orientent ainsi vers l’équitation de loisir ou de compétition dans des disciplines variées (polo, horseball, CSO, CCE ou encore dressage).

4480 pur-sang et 720 AQPS ont pris part à des compétitions FFE en 2022, des chiffres en forte croissance par rapport à 2011 (respectivement +33% et x12)

 

France Galop et les socio-professionnels aux cotes des associations

Les chevaux sont accompagnés par des professionnels de la reconversion auprès desquels ils acquièrent de nouveaux savoir-faire indispensables à leur nouvelle vie. Il existe également des structures qui se spécialisent dans l’accueil et l’hébergement des chevaux qui, pour des raisons physiques ou comportementales, ne peuvent plus travailler.

Les sociétés-mères ont à cœur de les accompagner vers leur nouvelle vie. Ainsi, au galop, l’engagement pour la reconversion des chevaux s’est matérialisé dès 2007 par le partenariat signé par France Galop avec la Ligue Française pour la Protection du Cheval et, depuis 2019, par les partenariats signés entre France Galop et Au-Delà des Pistes, une association qui assure :

– La sélection et le contrôle des établissements capables de prendre en charge la convalescence et la reconversion d’anciens chevaux de courses dans toutes sortes de disciplines équestres ou de les accueillir pour leur retraite ;

– La gestion des aspects administratifs associés à ces reconversions ;

– La promotion de la polyvalence des galopeurs reconvertis auprès des cavaliers de sports équestres et de loisir.

En 2022, 322 chevaux ont été accompagnés par Au-delà des Pistes et la contribution financière de France Galop à la reconversion des galopeurs s’est élevée à 138 000€. Par ailleurs l’association a reçu en 2022 le soutien de socio-professionnels et d’acteurs des courses pour une valeur de environs 157 000€ à travers des dons et des opérations de levée de fonds. France Galop prend également en charge une partie des démarches pour assurer la protection administrative et la traçabilité des chevaux réformés.

Par ailleurs, France Galop a versé 122 000€ à la Ligue Française pour la Protection du Cheval pour l’hébergement de chevaux de course à la retraite.

 

Découvrir Au-delà des Pistes

#RaceAndCare

#RaceAndCare : le hashtag des acteurs de la filières et de tous les passionnés.

C’est le symbole de notre engagement à tous en matière de bien-être équin. Son objectif ? Indexer clairement toutes les publications liées au bien-être équin sur les réseaux sociaux pour renforcer leur visibilité et mieux promouvoir les actions de la filière hippique dans ce domaine.

Un instant d’émotion ou de complicité avec votre cheval ? des images qui montrent les soins prodigués aux chevaux à l’écurie, à l’entrainement ou sur l’hippodrome pour leur bien-être ou leur santé ?
Partagez-les sur vos réseaux sociaux en utilisant le #RaceAndCare.

 

Contactez-nous

Pour toute question, remarque, signalement :

 

 

écrivez-nous
LES ENGAGEMENTS DE FRANCE GALOP POUR LE BIEN-ÊTRE ANIMAL

S’il est une filière où le cheval fait l’objet du plus grand respect et bénéficie des soins les plus adaptés, c’est bien celle des courses hippiques.
Les 3 objectifs principaux du bien-être équin reposent sur le respect et la considération du cheval de courses, sa sécurité et sa vie après les courses.
Symbole de notre engagement en matière de bien-être équin, le hashtag #RaceAndCare réunit aujourd’hui toutes nos actions envers le bien-être animal sur les réseaux sociaux.