Devenir expert des courses n’est pas inné, alors on vous explique tout !
Au galop il existe deux disciplines : le Plat et l'Obstacle.
Les courses entre des galopeurs sont organisées selon leur âge, leur sexe, et leur niveau, ou catégorie.
Comme les hommes et les femmes en athlétisme, les chevaux se mesurent sur des distances spécifiques, généralement de 1.000 à 3.000 mètres en Plat et de 3.000 à 6.000 mètres en Obstacle, de la même façon que les coureurs sont spécialistes du sprint, du demi-fond et du fond.
Besoins de plus d'explications ? C'est parti !

Les disciplines

Une discipline de prestige

Le galop est l’allure naturelle la plus rapide du cheval avec une vitesse moyenne de 65 à 70km/h. Le poids porté par les chevaux est compris entre 51 et 65 kg, jockey et selle compris.

La distance classique en Plat est de 2400 mètres et les cracks jockeys réalisent plus de 1000 courses/an.

Lors des courses de Plat, les chevaux sont placés dans des stalles de départ numérotées de la corde vers l’extérieur de la piste. Après que tous les chevaux soient rentrés dans leurs boites respectives, ces dernières sont toutes ouvertes au même moment pour les laisser s’élancer et parcourir la distance de la course. Les concurrents doivent parcourir entre 900 et 4000 mètres, le plus rapidement possible.

Leurs numéros qui déterminent leur position au départ sont tirés au sort. Ainsi, le numéro 1 placé à la corde est le plus avantagé car il courra une distance moins importante.

Hippodromes France Galop de Plat : ParisLongchamp, Saint-Cloud, Chantilly, Deauville – La Touques.

Une discipline sensationnelle

Les distances des courses à obstacles sont souvent supérieures à celle des courses de plat puisqu’elles sont comprises entre 3 000 et 7 300 mètres en passant par les 6 000 mètres du mythique Grand Steeple-Chase de Paris.

Dans cette discipline, les écarts à l’arrivée des partants se jouent lors du franchissement de chaque obstacle, ce qui explique que le départ de ces courses s’effectue grâce au lâché d’une corde élastique.

Il y a trois sortes d’obstacles : les haies, les obstacles de steeple-chase et ceux des cross-country.

Hippodrome France Galop d’Obstacle : Auteuil.

Les différentes catégories de courses
  • GROUPE I

    Le niveau d’excellence des courses. On en compte seulement 37 par an : 28 en Plat et 9 en Obstacle.

  • GROUPE II

    Les courses de haut niveau. Il y en a seulement 35 par an : 24 en Plat et 11 en Obstacle.

  • GROUPE III

    Les courses de bon niveau. Il en existe 91 par an : 62 en Plat et 29 en Obstacle.

  • LISTED RACE

    Les courses tremplin avant les courses de Groupe.

  • COURSES À CONDITIONS

    Les chevaux doivent respecter des conditions (âge, race, sexe, nombre de victoires ou gains en courses…).

  • COURSES À HANDICAP

    Les meilleurs chevaux portent un poids plus élevé afin que tous les partants aient en théorie les mêmes chances de victoire.

  • COURSES À RÉCLAMER

    Tous les chevaux qui participent à la course peuvent être achetés à l’issue de l’épreuve.

  • INÉDIT & MAIDEN

    Courses pour chevaux n’ayant jamais couru (inédit) et chevaux n’ayant jamais gagné (maiden).

Les équipements

L’équipement des jockeys et des chevaux est primordial pour leur propre sécurité. Ces équipements sont règlementés par le Code des Courses.

LE CASQUE
Il a pour but d’amortir les éventuels chocs.

LE GILET
Ajusté, il assure une protection optimale de tout le haut du corps.

LA CASAQUE
Il s’agit de la veste du jockey. Elle est aux couleurs du propriétaire du cheval.

LA TOQUE
Elle fait également partie de l’équipement et porte les couleurs du propriétaire du cheval. Elle se porte par dessus le casque.

LE BREECHES
C’est ainsi que l’on appelle le pantalon du jockey. Il en existe de très légers pour l’été mais également des imperméables pour l’hiver.Il a pour objectif de ne pas alourdir le jockey, il se veut très léger.

LA CRAVACHE
Elle permet de diriger le cheval en tout sécurité au sein du peloton pendant la course.

L’équipement des jockeys et des chevaux est primordial pour leur propre sécurité. Ces équipements sont règlementés par le Code des Courses.

LE BONNET
Il isole des bruits pour un maximum de concentration.

LA SELLE
Le type de selle utilisé permet de chausser les étriers très courts pour permettre au cavalier d’adopter la monte « jockey », afin d’être le plus discret possible sur le dos du cheval, de ne pas le gêner et donc le ralentir.

LES ÉTRIERS
Ils facilitent la tenue en selle du jockey.

LES RÊNES
Elles permettent au jockey de diriger son cheval en toute sécurité dans le peloton de course.

LES ŒILLÈRES
En cachant sa vue, le cheval d’un naturel apeuré ou distrait par l’entourage est plus concentré.

LE TAPIS DE SELLE
Il protège le dos du cheval des frottements de la selle et identifie son numéro pendant la course.

Une nouvelle histoire

Plongez dans le monde palpitant des courses hippiques avec Espoir, un jeune pur-sang de 3 ans prêt à vivre sa première grande épreuve à Saint-Cloud. De son entraînement matinal aux derniers préparatifs avant le départ, suivez Espoir dans cette journée décisive où chaque instant compte. Une histoire d’excitation, de détermination et de connexion entre l’homme et l’animal, où chaque galop est une promesse et chaque foulée, une victoire en devenir.

Les Premiers Pas d’Espoir : Une Journée à Saint-Cloud

L'HIPPODROME

Que s’y passe-t-il ?
Avant d’entrer en piste pour la course, c’est ici que les chevaux se préparent et se concentrent avant leur course.
Lors de son arrivée sur l’hippodrome, chaque cheval se voit attribuer un box.
Une fois la course passée, les chevaux sont douchés, séchés et abreuvés.
Ils peuvent boire jusqu’à 60 litres d’eau après l’effort !
C’est ici que l’on prend soin de lui avant et après la compétition !

Après l’effort, le réconfort !
Direction les douches et les soins pour nos champions.
Tout est mis en place pour leur bien-être sur l’hippodrome.

Comme tous les sportifs professionnels, les chevaux font l’objet de contrôles anti-dopage.
C’est ici que les vétérinaires réalisent les prélèvements, notamment sanguins et urinaires.

Les Commissaires vérifient que les règles pour la sécurité et le bien-être du cheval soient bien respectées par tous !

Ils contrôlent ainsi la régularité des épreuves et assurent l’application du Code des Courses au Galop.
– Avant la course : ils autorisent les éventuelles demandes de modifications au programme.
– Pendant la course : ils contrôlent le bon déroulement de l’épreuve.
– Après la course : ils déclenchent une enquête si nécessaire et, après audition des professionnels concernés, prennent les décisions qui s’imposent (sanctions, rétrogradations, …).

Comme son nom l’indique, on y pèse les jockeys avant et après la course.

À quoi ça sert ?
Contrôler le poids des jockeys, cela permet à chaque participant d’avoir une chance égale au départ.
D’ailleurs, leur poids est indiqué sur le programme. Parfois le jockey est trop léger, dans ce cas il met du plomb dans son équipement pour s’alourdir et respecter le poids.

Vous pouvez vous y installer pour voir la course. Le cheval est aidé par les encouragements !

C’est ici que vous pouvez voir les chevaux avant et après la course et peut-être choisir votre favori !
L’entraîneur du cheval y donne les derniers conseils avant que le jockey ne prenne place sur le cheval.

C’est ici sur la piste que le cheval s’exprime et donne tout pour chercher la victoire.

L’objectif du cheval ? Gagner en étant le premier à passer le poteau d’arrivée !

Un non-partant est un cheval inscrit au programme d’une course et qui ne prendra pas le départ pour plusieurs raisons :

  • Problème de santé
  • Absence du cheval dû à un retard à l’arrivée sur l’Hippodrome
  • 3 refus du cheval de rentrer dans les stalles de départ

La déclaration de non-partant peut être faite de J-2 jusqu’à quelques secondes avant le départ.

Lorsqu’un cheval est déclaré non-partant celui-ci ne pourra pas courir durant les 6 jours suivant.

3 minutes après la course, les 5 premiers effectuent leur retour au rond de présentation.
Le vainqueur est attendu au milieu du rond de présentation.
L’entourage du lauréat reçoit un prix et pose pour la traditionnelle photo.

La saisonnalité des courses

En France comme dans la plupart des pays d’Europe, les courses de Plat se disputent principalement au printemps et à l’automne car les pistes en gazon risquent de devenir impraticables en hiver. Autrefois, en hiver, les classes privilégiées passaient l’hiver dans les régions méridionales du pays, ainsi les courses ont pris leurs quartiers d’hiver à Cagnes-sur-Mer, par exemple. Cela est resté, alors que désormais l’amélioration des pistes, au nord comme au sud, permettent de prolonger la saison de Plat.
Néanmoins, le programme de sélection, lui, s’articule toujours autour de l’été.

Quant à la discipline de l’Obstacle, elle est traditionnellement plus hivernale. D’abord calquée sur celle de la chasse à courre, dont elle s’est défaite au fil du temps, elle a gardé cette saisonnalité particulière.
Pour autant, si le calendrier d’Auteuil se compose de deux saisons, au printemps et à l’automne, on court encore tout l’été sur les obstacles de Province, et l’hiver… à Cagnes-sur-Mer et à Pau, où le climat est plus doux.

Le guide des courses hippiques

LES COURSES PAS A PAS

Le monde des courses vous interroge et vous aimeriez en savoir plus sur cet univers passionnant ? Nous vous donnons toutes les clés pour devenir un expert de la discipline ! A vous ensuite de le mettre en pratique en vous rendant sur nos hippodromes. Vous trouverez toujours une occasion : pour la passion du sport, pour admirer et encourager les chevaux et jockeys au plus près de l’action ou encore pour vivre nos événements et partager de bons moments en famille ou entre amis.
Disciplines, catégories, équipements, hippodromes… Suivez le guide, on vous dit tout !